EXPLORER - CRÉER - PARTAGER

bio-pic-Diderot.jpg

Ensemble Diderot

Plaçant la curiosité au coeur de sa démarche musicale, l’Ensemble Diderot revendique l’héritage du philosophe du même nom : ouverture d’esprit, soif de découverte et humilité face à la connaissance. Créé autour du violoniste Johannes Pramsohler, l’Ensemble Diderot a pour vocation de redécouvrir et interpréter sur instruments d’époque le répertoire des 17ème et 18ème siècles. Il s’attache à révéler les liens tissés entre interprètes, compositeurs, cours et écoles d’une Europe musicale baroque sans frontières et prône un partage de ce patrimoine culturel commun.

Construit autour d’un quatuor d’interprètes – Johannes Pramsohler et Roldan Bernabé (violons), Gulrim Choi (violoncelle) et Philippe Grisvard (clavecin), il est reconnu pour son approche innovante de la sonate en trio qu’il aborde et défend commune une formation chambriste constituée. Cette vision mise au service d’une homogénéité d’ensemble, brillante et puissante, imprègne leurs interprétations en formation orchestrale comme dans leurs productions d’opéra et d’oratorio. 

La soif de découverte de répertoire encore méconnus et la joie du partage de musiques largement célébrées anime Johannes Pramsohler et offre aux musiciens éclairés de l’Ensemble Diderot un terrain d’expérimentation qui laisse autant de place à la rigueur qu’à la fantaisie.

C’est en 2008, lors d’une résidence et d’un premier concert à Amilly, que l’Ensemble s’est créé. Il a depuis effectué de nombreux séjours d’artistes et résidences : à Aldeburgh (Grande-Bretagne), dans le Brandebourg comme « orchestre de la cour de Rheinsberg », à la Fondation Royaumont, au Mozarteum de Salzbourg etc.

Depuis 2012, une étroite collaboration lie l’ensemble au Théâtre Roger Barat à Herblay (Val d’Oise). Ils y ont notamment créé en 2013 le Combattimento di Tancredi e Clorinda de Monteverdi dans une mise en scène de Florent Siaud, Falstaff de Salieri en version scénique et l’oratorio Athalia de Haendel sous la co-direction de Johannes Pramsohler et Inaki Encina Oyon. Depuis 2018, l’Ensemble Diderot collabore avec l’ARCAL autour de la production de Didon et Enée de Purcell mise en scène par Benoît Benichou. Le binôme Pramsohler / Benichou se reforme en 2020 pour présenter la première française en version scénique de Croesus de Keiser.

L’Ensemble Diderot se produit régulièrement à l’international et notamment en Allemagne (Philharmonie de Cologne), en Italie (Gustav Mahler Hall de Toblach où l’Ensemble est en résidence depuis 2019), en Autriche (Konzerthaus de Vienne), à la Philharmonie du Luxembourg, en Espagne (Festival de San Sebastian) etc. Depuis 2018, l’Ensemble Diderot collabore avec les éditions Prima la Musica (Royaume-Uni) pour créer à son nom une collection d’inédits regroupant les partitions retrouvées, rééditées et annotées par l’ensemble.

bio-jo.jpg

« La vraie surprise vient de la fosse d'orchestre où Johannes Pramsohler dirige son Ensemble Diderot avec un raffinement digne des plus grands. "LE FIGARO

Titulaire d'un doctorat en interprétation historiquement informée de la Royal Academy of Music et doté d'une vaste discographie acclamée par la critique internationale, Johannes Pramsohler est actuellement l'une des forces les plus créatives de la scène de la musique ancienne.

 

Né dans le Tyrol du Sud et vivant aujourd'hui à Paris, formé à la Guildhall School of Music and Drama et au Mozarteum de Salzbourg, il est devenu l'un des représentants les plus polyvalents de la profession, alternant ses rôles de directeur artistique et de leader de l'Ensemble Diderot, avec cela comme invité à la fois comme soliste et comme chef d'orchestre à la tête de nombreux ensembles.

 

En tant que violon solo, Johannes a collaboré avec Concerto Köln, The King's Consort, Le Concert d'Astrée, l'Orchestre baroque de l'Union européenne et en tant qu'invité de l'Orchestre philharmonique de Berlin avec son ensemble de musique ancienne Concerto Melante. En tant que soliste, Johannes s'est produit avec l'Orchestre du Festival de Budapest et Ivan Fischer, l'Orchestre baroque de Taïwan, l'Orchestre baroque d'Helsinki et Darmstädter Barocksolisten, se produisant dans des salles de concert telles que l'Orchestre philharmonique de Berlin, l'Orchestre philharmonique de Cologne, le Queen Elizabeth Hall à Londres, le Palau de la Música à Barcelone,​​ et Suntory Hall à Tokyo.  

 

En tant que chef d'orchestre, Johannes a dirigé plus de trente représentations de Didon et Enée de Purcell dans toute la France et une production acclamée par la critique de l'opéra Crésus de Reinhard Keizer au Théâtre de l'Athénée à Paris. Son dernier engagement de chef d'orchestre l'a amené à Buenos Aires pour une mise en scène de Théodora de Haendel au Teatro Colón.

 

Depuis 2008, Johannes a l'honneur de posséder le violon de Reinhard Goebel, un PG Rogeri fabriqué en 1713.