RONDÒ

Airs de Mozart, Anfossi, Tarchi, Martin y Soler
avec Adriana González

Au fil des airs d'Adriana

Tout le monde connait le Rondò de Fiordiligi dans Cosi fan tutte mais que sait-on de la créatrice du rôle, Adriana Ferrarese del Bene ? Originaire d’Udine, celle qui fut une des grandes prima donna de son époque n’était jamais en reste d’un scandale : elle s’enfuit secrètement de l’Ospedale de Venise, devint la maîtresse de Lorenzo da Ponte à Vienne et se produisit à Reggio en qualité de première prima donna d’Italie, arborant les couleurs du drapeau tricolore italien sur sa robe. Le Rondò accompagna toute sa carrière mouvementée mais Mozart n’était pas le seul à maîtriser parfaitement le genre du grand air pathétique en deux parties. Giuseppe Sarti, Pasquale Anfossi et Angelo Tarchi étaient les véritables maîtres du Rondò en Italie. Les interprétations de la Ferrarrese étaient si émouvantes qu’elles bouleversaient le public de la Scala de Milan et de l’opéra de Londres.

Aujourd’hui, la jeune primadonna Adriana Gonzalez raconte la vie de la Ferrarrese au fil des grands airs de son répertoire. Le hasard fait qu’elles portent le même prénom. L’étendue de sa voix, ses aigus lumineux et une maîtrise vocale incomparable font d’elle une “Adriana” idéale. Depuis sa victoire à l’édition 2019 du concours de chant lyrique “Operalia” créé par Placido Domingo, le monde de l’opéra est à ses pieds. Son nouveau programme “ Rondò “ crée des liens entre Mozart et la musique de ses contemporains italiens aujourd’hui tombés dans l’oubli. 

© Edouard Brane 4.jpg

Adriana González soprano
Johannes Pramsohler violon 
Ensemble Diderot
Iñaki Encina Oyón direction musicale

Programme

Wolfgang Amadeus Mozart

Le Nozze di Figaro

"Al desio di chi t’adora"

"Dove sono i bei momenti"

 

Adagio en do majeur pour violon et orchestre, K. 373 

 

Pasquale Anfossi

„Se mi lasci, o mia speranza“

***

Vicente Martín y Soler

"Teco porta, o mia speranza"

Angelo Tarchi

"Ah! Sol bramo, o mia Speranza"

 

Wolfgang Amadeus Mozart

Rondo en si-bémol majeur pour violon et orchestre, K. 269

 

Così fan tutte

„Per pietà, Ben mio, Perdona“

Adriana González et Iñaki Encina Oyón en répétition

Mozart-Lange_edited.jpg

Dossier 

Trouvez plus d'informations dans notre brochure